Print Header
www.ccsa.ca

Effets du cannabis sur la santé

​​​​​​​​​Les données probantes sur les applications thérapeutiques du cannabis sont encore peu nombreuses. Les risques associés à l’usage régulier et non médical sont bien connus. La recherche nous permet d’approfondir nos connaissances sur les risques et les bienfaits du cannabis. Pour en savoir plus sur l’usage de cannabis à faible risque, consultez les Directives canadiennes d’usage de cannabis à faible risque.

Dissiper la fumée entourant le cannabis

La série Dissiper la fumée entourant le cannabis examine les effets du cannabis sur la santé physique et mentale et analyse les implications pour les politiques et les pratiques. Préparée par des chercheurs spécialisés dans le domaine et examinée par des pairs, cette série porte sur ce que nous savons sur les effets du cannabis sur la santé, ce que nous ignorons et ce qui doit faire l’objet d’études plus poussées. Le document Dissiper la fumée entourant le cannabis : points saillants fait un survol de la série.

Consommation chronique, fonctionnement cognitif et santé mentale

On sait que la consommation chronique de cannabis nuit à des capacités cognitives telles que l’attention, la mémoire et la prise de décisions. Dans la plupart des cas, ces atteintes sont relativement légères et réversibles après quelques semaines d’abstinence. Cela dit, selon des études récentes, la consommation chronique de cannabis :

  • augmente le risque de développer des symptômes psychotiques et la schizophrénie (en cas d’usage précoce), en particulier chez ceux qui ont une prédisposition génétique;

  • augmente le risque de psychose chez ceux qui consomment du cannabis à forte teneur en delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) et à faible teneur en cannabidiol (CBD);

  • est associée à d’autres troubles de santé mentale, comme la dépression et l’anxiété, même si la nature de ce lien reste à établir.

Pour en savoir plus, consultez le document Dissiper la fumée entourant le cannabis : consommation chronique, fonctionnement cognitif et santé mentale.

Troubles respiratoires causés par l’inhalation de cannabis

Les personnes qui fument régulièrement du cannabis ont souvent des problèmes de toux quasi quotidienne, de respiration sifflante, d’essoufflement après avoir fait de l’activité physique, de gêne respiratoire nocturne, de bruits thoraciques, de mucosités matinales et de bronchite. L’abstinence peut éliminer certains des symptômes respiratoires négatifs subis par les fumeurs de cannabis.

Des études faites sur les troubles respiratoires causés par l’inhalation de cannabis ont permis d’observer que :

  • La fumée de cannabis contient plusieurs des mêmes produits chimiques que la fumée de tabac.

  • Les données sur un possible lien entre l’inhalation de cannabis et le cancer du poumon se contredisent.

  • Le lien de causalité entre l’inhalation de cannabis et la bronchopneumopathie chronique obstructive reste à démontrer.

  • Les effets du vapotage et de la fumée secondaire de cannabis sur l’appareil respiratoire demeurent incertains.

Pour en savoir plus, consultez le document Dissiper la fumée entourant le cannabis : les troubles respiratoires causés par l’inhalation de cannabis.

Cannabis pendant la grossesse

Environ 16,9 % des femmes en âge de procréer (de 15 à 44 ans) avaient consommé du cannabis dans la dernière année en 2015, et de 2 à 5 % des femmes enceintes avaient pris du cannabis pendant leur grossesse. Il ne semble exister aucune corrélation entre l’usage de cannabis pendant la grossesse et un risque accru de naissance prématurée, de fausse couche ou de graves anomalies physiques. Par contre, l’usage fréquent de cannabis pendant la grossesse est associé :

  • à un faible poids à la naissance et est l’un des facteurs de risque corrélés à d’autres issues défavorables de la grossesse;

  • à une altération du développement neural et de la cognition, et à un faible rendement scolaire;

  • à des perturbations du comportement des enfants et des jeunes adultes (troubles de l’attention, hyperactivité et impulsivité, et risque accru de délinquance et d’usage de substances).

Pour en savoir plus, consultez le document Dissiper la fumée entourant le cannabis : effets du cannabis pendant la grossesse.

Cannabis au volant

Le cannabis nuit aux capacités cognitives et motrices nécessaires à la conduite sécuritaire d’un véhicule à moteur et fait doubler le risque d’accident. Les données acquises jusqu’à présent corroborent les conclusions suivantes :

  • Il est plus fréquent, chez les jeunes Canadiens, de conduire après avoir consommé du cannabis que de conduire après avoir bu de l’alcool.

  • Les hommes sont trois fois plus susceptibles que les femmes de conduire après avoir pris du cannabis.

  • Après l’alcool, le cannabis est la substance la plus souvent détectée chez les conducteurs mortellement blessés dans des accidents de la route au Canada.

Pour en savoir plus, consultez le document Dissiper la fumée entourant le cannabis : cannabis au volant. La page Données sur le cannabis présente aussi de l’information sur les collisions attribuables à la conduite sous l’effet du cannabis.

Consommation de cannabis pendant l’adolescence

Le rapport Les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence,qui s’inscrit dans la série Consommation de substances au Canada, porte sur ce que nous savons et ce que nous ignorons sur les effets du cannabis sur les adolescents. Il aborde plusieurs questions importantes et grands enjeux, comme :

  • Quels sont les effets du cannabis sur le cerveau et le comportement des je​unes?

  • Existe-t-il un lien entre l’usage de cannabis et la maladie mentale?

  • Le cannabis peut-il entraîner une dépendance?

  • Sur quelles interventions pouvons-nous compter pour traiter les troubles liés au cannabis?

Le rapport se termine avec un appel à l’action et aide les parents, enseignants, prestataires de soins et décideurs à créer et à appliquer des programmes de prévention et d’intervention plus efficaces.

Un module d’apprentissage en ligne a été créé à partir du rapport. Vous pouvez le consulter sur la page Apprentissage en ligne sur les effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence.​

Usage de cannabis et de cannabinoïdes à des fins médicales

​​Selon des travaux de recherche prometteurs, le cannabis et les cannabinoïdes arrivent à soulager les symptômes associés à certaines maladies graves et chroniques. En juin 2018, plus de 333 000 Canadiens inscrits avaient accès à du cannabis à des fins médicales.

  • Des études sont faites sur l'utilisation du cannabis et des cannabinoïdes dans le traitement de symptômes comme la nausée, les vomissements, la perte d'appétit et la douleur, ainsi que dans le traitement de maladies comme la sclérose en plaques, l'épilepsie, le cancer, l'obésité et le glaucome, et de maladies inflammatoires et de troubles psychiatriques et neurodégénératifs.

  • L'usage de cannabis à des fins médicales comporte des risques et des méfaits, dont le manque d'information normalisée sur la posologie, et affecte la cognition et la coordination.

  • Pour pouvoir prendre des décisions éclairées, les professionnels de l​a santé et les clients doivent avoir accès à davantage de données probantes, y compris aux résultats d'essais cliniques. 

Il faut donc consulter un professionnel de la santé avant de décider de prendre du cannabis à des fins médicales.

Pour en savoir plus sur le sujet, voir le rapport Dissiper la fumée entourant le cannabis : usage de cannabis et de cannabinoïdes à des fins médicales.