Print Header
www.ccsa.ca

Coûts de l’usage de substances au Canada

Coûts et méfaits de l’usage de substances au Canada : 2007-2014 (Rapport)

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​L’usage de substances représente un coût considérable pour ​l’économie canadienne; directement par les coûts imposés aux systèmes de santé et de justice pénale, et indirectement par la perte de productivité économique découlant de la maladie et de la mortalité prématurée. Connaître les co​ûts économiques, sanitaires et sociaux de l’usage problématique de substances permet de :

  • Démontrer que les politiques publiques sur l’alcool, le tabac et les autres substances devraient figurer en bonne place dans les priorités du gouvernement;

  • Cibler des problèmes et politiques spécifiques;

  • Définir les lacunes dans les connaissances et identifier les besoins en recherche et les améliorations à apporter aux systèmes nationaux de présentation ​des statistiques;

  • Établir une base d’informations permettant d’évaluer l’efficacité des programmes et politiques sur la drogue.

Coûts et méfaits de l’usage de substances au Canada (2007-2014)

En juin 2018, le CCDUS et l’Institut canadien de recherche sur l’usage de substances de l’Université de Victoria ont publié un rapport, Coûts et méfaits de l’usage de substances au Canada (2007-2014). Coûts et méfaits de l’usage de substances au Canada : 2007-2014 (Rapport)Ce rapport porte sur plusieurs substances, dont l’alcool, le tabac, le cannabis, les opioïdes et les dépresseurs du système nerveux central (SNC), la cocaïne et les stimulants du SNC, et d’autres substances comme les hallucinogènes et les produits inhalés.

Le rapport présente des estimations nationales, provinciales et territoriales sur les coûts et les méfaits de l’usage de substances au Canada de 2007 à 2014 et évalue le total des coûts à 38,4 milliards de dollars en 2014. L’alcool et le tabac représentaient plus des deux tiers de ces coûts, les opioïdes venant beaucoup plus loin, au troisième rang.

Le rapport a aussi mis en évidence les éléments suivants :

  • Près de 20 % de tous les crimes violents commis au Canada sont attribuables à l’alcool.

  • 7 % des méfaits liés aux substances au Canada sont attribuables au cannabis, pour un coût total de 2,8 milliards de dollars.

  • Les coûts de perte de productivité représentaient 15,7 milliards de dollars, soit 40 % du total.

  • Les coûts de soins de santé​ s’établissaient à 11,1 milliards de dollars, soit près de 30 % du total.

  • La justice pénale se classait au​ troisième rang des coûts attribuables à l’usage de substances, avec 9 milliards de dollars.​

Coûts et méfaits de l’usage de substances dans les provinces et territoires au Canada (2007-2014)​

En octobre 2018, le Groupe de travail sur les coûts et les méfaits de l’usage de substances au Canada a rendu public un rapport complémentaire, Coûts et méfaits de l’usage de substances dans les provinces et territoires au Canada (2007-2014) , qui présente plus en détail les coûts et les méfaits de l’usage de substances dans chaque province et territoire. Le rapport résume les résultats pour les provinces et territoires, ce qui permet de faire des comparaisons rapides entre les régions et avec les estimations nationales. Il inclut aussi des infographies et des tableaux de données sur les coûts dans chaque province et territoire, par substance, catégorie de coûts et année.

Quelques grands constats :

  • Les coûts par personne étaient plus élevés que la moyenne nationale de 2014 dans les provinces atlantiques, en Saskatchewan, en Alberta et dans les territoires, et moins élevés en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique.

  • En 2014, l’alcool était responsable de la plus grande proportion des coûts attribuables à l’usage de substances dans 9 des 12 provinces et territoires (les exceptions étant Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, où les coûts associés au tabac étaient plus élevés).

  • Dans la plupart des provinces et territoires, la majeure partie des coûts liés à l’alcool et aux opioïdes était attribuable à la perte de productivité, alors que la majeure partie des coûts liés au tabac était attribuable aux soins de santé. Dans toutes les régions, la majeure partie des coûts liés au cannabis était attribuable à la justice pénale.

  • De 2007 à 2014, les coûts attribuables aux opioïdes ont augmenté dans la plupart des provinces. Dans certaines provinces, les coûts attribuables au cannabis, eux, ont augmenté de plus de 20 %, alors que ceux attribuables à la cocaïne ont diminué de plus de 50 %.

​ ​​

Consultez le cemusc.ca pour en savoir plus.


Les résultats de l’étude peuvent être consultés dans d’autres formats :
   Rapport en bref (national) Infographie (national) Rapport provincial
et ​territorial
Infographies provinciales et territoriales
​​ Rapport en bref (national) Infographie (national)
Rapport provincial et territorial 


Infographies provinciales et territoriales
​​